Nicole Oresme

Nicole OresmeNicole Oresme est un des plus grands penseurs du XIVème siècle. Né dans le village d’Allemagne (l’actuel Fleury-sur-Orne) en 1325 et mort à Lisieux le 11 juillet 1382, il fut économiste, mathématicien, physicien, astronome, philosophe, psychologue, musicologue, théologien et traducteur français.

Dans pratiquement tous les domaines qu'il étudia, il se montra un remarquable précurseur. Il eut aussi le grand mérite de vouloir mettre le savoir scolastique à la portée d'un large public en traduisant en français plusieurs textes d'Aristote et en donnant des versions françaises de certaines de ses propres oeuvres. Ce travail nouveau pour l'époque a été d'autant plus important qu'il a certainement joué un rôle dans le développement de la langue française.

En 1348, il est admis au collège de Navarre, à Paris. Ce collège était ouvert sans condition de naissance, de famille ou d'âge, à tout français pauvre qui se destinait à l'étude de la grammaire, de la logique ou de la théologie. Nicole Oresme y reste treize ans et s'y distingue très vite; étudiant puis maître en divinité, il devient grand-maître le 4 Octobre 1356.

En 1360, le roi Jean II l’engage comme précepteur pour son fils, le futur Charles V.

Ainsi, pendant qu'il remplissait au collège ses diverses fonctions, il publie des oeuvres sur l'astrologie, la théologie, les mathématiques. Son traité des monnaies lui vaut d'attirer l'attention du dauphin Charles V beaucoup plus ouvert que son père Jean II à la réflexion rationnelle et morale. Ainsi le philosophe va devenir un protégé de Charles V et entrer dans une nouvelle carrière. Il séjourne également à Rouen, mais fréquente surtout la cour. Il obtient le titre de secrétaire du roi puis de conseiller et de chapelain. C'est durant cette dernière partie de sa vie qu'Oresme écrit ses oeuvres en français et publie ses traductions commentées des livres d'Aristote. Il effectuera également une mission diplomatique à Avignon, à la demande du roi, lors du schisme). Il est sera enfin sacré évêque de Lisieux le 28 janvier 1378. Charles V assiste à la cérémonie et lui offre deux anneaux d'or. Nicole Oresme s'installe définitivement à Lisieux à partir de juin 1378. Il y meurt le 11 juillet 1382. Son corps est déposé dans la cathédrale, près de la porte gauche du choeur.

En géométrie analytique, ses conjectures et démonstrations feront autorité pendant plusieurs siècles, avant que de grands mathématiciens tels que Fermat, Descartes ou Pascal mettent au point des outil de calcul plus complexes et élaborés que ceux que connaissait Nicole Oresme.

De plus, ses écrits portèrent également sur le mouvement rectiligne uniformément accéléré. Il établit que si la vitesse à l'instant zéro est nulle, la distance parcourue est proportionnelle au carré du temps. Gallilée a eu connaissance de ces travaux, et s'en est largement inspiré pour ses propres théories.

Quant à l'astrologie, Oresme défend évidemment la sphéricité du monde, mais il va encore plus loin : près de deux siècles avant Copernic, il établit deux solutions pour décrire le mouvement des étoiles : soit le ciel tourne, soit le terre tourne sur elle même. Il propose ainsi d'expliquer le mouvement diurne par l'hypothèse de la rotation de la terre sur elle-même par rapport à l'ensemble du ciel immobile, et il montre que les deux hypothèses sont équivalentes. Mais il ajoute ensuite que son hypothèse étant plus simple que celle des anciens (et de l'Eglise), elle doit surement être la bonne.

Dans bien d'autres domaines encore son génie a excellé. Ainsi, il a travaillé sur les questions de mécanique ondulatoire du son et de la lumière. Oresme a été le premier à théoriser que la nature de la couleur et de la lumière sont identiques. Il avait compris que la couleur n’est que de la lumière blanche brisée et reflétée, c’est-à-dire que « les couleurs font partie de la lumière blanche ». Cette brillante théorie a en outre été inspirée par ses investigations musicologiques : dans sa théorie des harmoniques et de la couleur de tonalité, il a établi une analogie entre les gammes musicales et le phénomène du mélange cyclique des couleurs.

Ces fragments de l’œuvre monumentale d’Oresme montrent qu’il était l’un des scientifiques les plus innovateurs à l’aube de l’âge moderne et un pionnier du monde moderne.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet