30 juin 2008

La Peste Noire

Médecin soignant la peste noire La peste noire est une pandémie de peste bubonique qui a décimé la population européenne entre 1347 et 1350, atteignant un pic en France en 1348.

La peste s'est déclarée en Chine en 1334 et s'est rapidement répandue dans de nombreuses provinces chinoises, puis, via les Mongols qui commerçaient avec les Gênois, elle est arrivée en Europe, notamment à Gênes et Marseille fin 1347. En un an, tout le pourtour méditerranéen fut atteint.
La peste noire se répand alors comme une vague, mais elle ne s'établit pas durablement aux endroits touchés. Le taux de mortalité moyen d'environ 30 % de la population totale (et de 60 à 100 % de la population infectée) est tel que les plus faibles sont vite tués, et le fléau ne dure en moyenne que six à neuf mois.
Les médecins étaient tout à fait impuissant face à ce fléau. Comme on ne connaissait pas les causes du mal, on ne soignait pas les malades et on n'ensevelissait pas les morts, ce qui favorisait la contagion.
Depuis Marseille, la peste gagne rapidement Avignon, alors cité papale et carrefour du monde chrétien, ce qui lui donne une formidable plateforme de diffusion. Elle atteint Paris en juin 1348, et en décembre 1348, toute l'Europe méridionale de la Grèce au sud de l'Angleterre est touchée. En décembre 1349, la peste a traversé presque toute l'Allemagne, le Danemark, l'Angleterre, le Pays de Galles, une bonne partie de l'Irlande et de l'Écosse. Elle continue ensuite sa progression vers l'est et vers le nord dévastant la Scandinavie en 1350, puis se perd dans les vastes plaines inhabitées de Russie en 1351.

Si la peste anéantit la population, elle marque durablement les esprits. Certains y voient la marque de l'Apocalypse, d'autre en profitent pour exacerber les haines contre les juifs, ou les gens du voyage, d'autre encore s'en inspirent pour en faire des oeuvres d'art (c'est en 1350 que le poète italien Bocace décrira dans son chef d'œuvre Le Décaméron un groupe de jeunes nobles fuyant la peste pour se raconter des histoires grivoises...). La peste noire marque également un tournant dans l'appréhension de la mort. Devenant un fait quotidien, l'imagerie de la mort (squelettes, gisants...) se développe, notamment au travers de représentations de la Danse Macabre.

Jean Fusoris

Astrolabe de Jean Fusoris Jean Fusoris, 1365 - 1436

Jean Fusoris a été le premier à commercialiser les astrolabes à Paris et au moins 13 de ses instruments lui ont survécu (l'astrolabe ci-contre est l'un d'eux). Il est, en outre, réputé pour avoir amélioré de façon significative la conception de ces appareils.

Tout jeune, Jean Fusoris fut un brillant élève. Très tôt diplômé de médecine à la faculté de la Sorbonne à Paris (il n'a que quinze ans), il n'exercera cependant pas son art, préférant se pencher sur la "haute technologie" de l'époque, comme les horloges par exemple. C'est un touche-à-tout qui s'intéresse à de nombreux sujets, des mathématiques à l'astrologie.

Dans les années 1380-1390, il ouvre une boutique ainsi qu'un atelier d'instruments scientifiques à Paris, vendant et fabriquant des astrolabes, des horloges et d'autres instruments techniques de navigation ou de précision. Il devait sans doute passer pour un original, tant ces objets devaient paraître étranges et chers aux habitants de son quartier.

Mais Fusoris continua d'étudier. De plus, il cumulait diverses charges officielles auprès du roi. Il fut notamment élu membre de l'ambassade française en Angleterre. Ainsi, on sait qu'en 1415, il a rencontré Richard de Courteny, évêque de Norwich qui lui a acheté un astrolabe mais ne l'a pas payé. Quand Fusoris est revenu en Angleterre pour récupérer l'argent, en raison des tensions entre la France et l'Angleterre dues à la guerre de Cent Ans, il fut arrêté pour espionnage à son retour. Il s'est alors exilé à Mézières-sur-Meuse, puis plus tard à Reims.

Pendant son exil, il a continué à honorer des commandes pour des instruments scientifiques. Fusoris a écrit un traité sur l'astrolabe dans lequel il a détaillé les améliorations qu'il a incorporées à ses instruments, ainsi que sur d'autres sujets de mathématiques et d'astronomie.

Dans le roman, le lien de parenté entre Raymond du Temple et Jean Fusoris est fictif.

les Turlupins

Le mouvement des Turlupins s'inscrit dans la lignée des courants de pensée dits de "libre-esprit" qui essaimèrent en Europe à partir du XIIème siècle.
A l'instar d'autres mouvements comme les Cathares, les Vaudois, mais aussi les Templiers, ou les Franciscains, les Turlupins prônaient un idéal de pauvreté. C'était un ordre mendiant, poussant la notion de pauvreté au paroxysme, en vivant nus la plupart du temps.
Dans la doctrine turlupine, la pauvreté doit laver l'homme de tout péché et ressusciter le Christ en lui. C'est donc en écoutant ses propres désirs que l'homme entrera dans l'ère de "l'Esprit libre" où il pourra connaître la béatitude dès la vie terrestre. La charité se confond ainsi avec l'amour charnel qui se consomme sans restriction au sein de la communauté. Pour les Turlupins, une femme enceinte l'est par l'opération du Saint-Esprit.
Sur le plan philosophique, les Turlupins aspirent à la pauvreté intellectuelle (beati pauperes spiritu). L'esprit qui devient vacant permet de mieux recevoir Dieu.
La première condamnation papale remonte à 1204, et l'Inquisition n'aura de cesse de les pourchasser. Mais peu enclins au martyr, les Turlupins n'hésitent pas à feindre la dévotion la plus conforme et s'abstiennent de prosélytisme. C'est ainsi qu'ils échappent la plupart du temps aux épurations et se maintiennent au fil des siècles sans que l'on puisse dire que leur mouvement ait réellement pris fin à un moment précis.
Les procès et les documents historiques sont donc rares, mais on connaît, par exemple, l'exemple de Marguerite Porète, qui fut brûlée vive en place de Grève à Paris, le 1er juin 1310 avec le livre qu'elle avait écrit (le Mirouer des simples ames anienties). C'est donc surtout par les sources inquisitoriales que l'on peut se représenter leur doctrine, bien que le fantasme de l'inquisiteur devait certainement orienter les aveux.

Protagoniste du roman, Jeanne Daubenton est un personnage historique, dont la chronologie a été adaptée pour satisfaire les ressorts de l'intrigue.
De fait, on sait peu de choses sur elle. Les documents de la ville de Paris révèlent qu'elle fut brûlée vive, elle aussi, en 1372, en place de Grève. On dit qu'elle allait entièrement nue, et qu'elle proférait qu'il n'y a nul péché à satisfaire ses passions et tous les désirs des sens....

Jean II

Jean II, roi de FranceJean II, dit le bon, roi de France
Fils de Philippe VI, il lui succède à sa mort en 1350.
Il est le tout premier roi de France dont il reste un "vrai portrait", que l'on peut admirer au Louvre.

Jean II est un chevalier aimant les batailles. Mais son règne commence dans une situation difficile, avec la peste noire qui vient de sévir, et les Anglais qui ont remporté une victoire à Calais.
La guerre avec l'Angleterre bat son plein, mais elle tourne au désastre à Poitiers, où il est fait prisonnier, et emmené à Londres. Son fils aîné, le dauphin, futur Charles V, est évacué et regagne Paris.
Ce dernier, devant faire face trop jeune à la réalité de son pays, il affronte un ennemi extérieur, mais aussi un ennemi intérieur avec le prévôt des marchands, Etienne Marcel qui menace de renverser le pouvoir royal...

Rapidement, un traité de paix (la paix de Bretigny) est signé avec l'Angleterre. Catastrophique pour la France, la couronne fait de nombreuses concessions en offrant tout l'ouest du pays, mais également en promettant de régler une rançon astronomique de trois millions d'écus, pour récupérer le roi.
Les difficultés financières obligent l'état de s'organiser. Grâce à de grands économistes comme Nicole Oresme, les finances sont remises en ordre de marche, et une nouvelle monnaie sera lancée pour lever l'impôt de la rançon : ce sera le premier "franc", dit franc à cheval, représentant le roi.

De retour à Paris en 1360, Jean II retrouvera sa vie fastueuse, en lançant, par exemple, la construction du gigantesque donjon de Vincennes. Mais en 1364, un de ses fils s'étant évadé des geôles londoniennes où il était encore tenu, Jean II décide de se rendre à Londres en échange, mais aussi pour pouvoir renégocier le désastreux traité de Bretigny. Il sera logé dans un luxueux palais avec son fils le duc de Berry. Il y mourra quelques mois plus tard.

27 juin 2008

Le grand schisme d'occident

Le grand schisme d'occident fut une crise pontificale qui divisa la Chrétienté catholique en deux obédiences pendant quarante ans.

Le 5 juin 1305, les cardinaux, réunis en conclave à Pérouse, portèrent à la tête de l'Église Bertrand de Got qui choisit le nom de Clément V. C'est le premier pape français depuis l'élection de Sylvestre II en 999. Clément V fait son possible pour se concilier les bonnes grâces du puissant Philippe le Bel, roi de France, y compris lors du procès en inquisition contre les moines-chevaliers Templiers, le vendredi 13 octobre 1307.
En raison des luttes incessantes entre les cardinaux et l'Empereur du Saint-Empire Germanique, mais également pour montrer sa proximité avec le roi de France, Clément V décide alors en 1309, de s'établir «provisoirement» dans un couvent de dominicains à Avignon, sur des terres d'Empire qui lui sont cédées par le roi de Sicile, par ailleurs comte de Provence.

Cinq papes s'y succèderont et feront alors d'Avignon une cité puissante. De «provisoire», leur installation deviendra permanente.
Mais soixante ans plus tard, Gregoire XI (pape français) se met les Florentins à dos en excommuniant tous les habitants de la ville sous prétexte qu'ils ne veulent pas se soumettre à l'impôt pontifical. Pour tenter de se réconcilier avec les cardinaux italiens, il envisage de ramener la papauté à Rome, et effectue plusieurs voyages entre les deux villes. Mais, en 1378, gravement malade, c'est à Rome qu'il meurt.
Le Sacré Collège procèdera alors à l'élection d’Urbain VI, cardinal italien qui entamera son pontificat par une série de mesures controversées et violentes à l'égard des cardinaux français d'Avignon. Ceux-ci, outrés par son attitude, élisent alors l'un des leurs, le pape Clément VII.
Pendant trente-cinq ans s'ensuivra alors une période sombre pour l'église catholique puisque les deux papes et leurs successeurs s'excommunieront mutuellement. Chaque royaume apportait alors son soutient à l'un ou à l'autre pape, au grès des querelles, des rivalités ou de ses stratégies d'alliances.
En 1409, afin de dénouer cette crise majeure, un concile est tenu à Pise. L'objectif est que les deux papes démissionnent et qu'un nouveau pape soit élu. Mais la crise empire, est ce sont alors trois papes qui prétendent au trône suprême, et ce, pendant huit années encore, jusqu'au décès presque concomitant des trois protagonistes.
La crise prend fin en 1418 lorsque Martin V est élu par un conclave composé de cardinaux, de représentants de l’Empire, et des royaumes d’Angleterre, d’Espagne, de France, des seigneuries d'Italie, avec l’appui du concile. Il s’installe à Rome en 1418, mettant ainsi fin au Grand Schisme.

La Grande Boucherie

Rive droite de la Seine à Paris, lorsque le Grand Châtelet avait encore un rôle défensif, se tenait au nord du bâtiment militaire, une des portes de Paris, qui est devenue, avec l'extension rapide de la population et par homonymie, la place de l'Apport.
Cette place fut longtemps le théâtre de commerces de tous genres, avant que celui ci ne s'organise par les Bouchers.
Entre les rues Saint-Jacques et Saint-Denis, à la place de l'actuelle rue de Rivoli, se construisit, avec l'aval du roi, un imposant édifice. Sa situation extra-muros, mais près d'un axe de passage, répondait à une double considération, tant hygiénique, que pratique.
La grande boucherie du Châtelet (place de l'Apport) La Grande Boucherie comprenait trois niveaux. En premier lieu, les caves où étaient entreposées des instruments, des détritus et même quelques bonnes bouteilles de vin de Bourgogne. Le rez-de-chaussée était surélevé de trois ou quatre marches et présentait des étals disposés le long de deux allées se coupant à angle droit. La lumière provenait de hautes baies dépourvues de vitres. L'éclairage artificiel était interdit : il pouvait donner un faux aspect aux viandes. Enfin, à l'étage était installée une salle des fêtes, pour les intronisation de la corporation des Bouchers, ainsi qu'une petite chapelle privée.

Il s'agissait sans doute de l'un des lieux de contre-pouvoir les plus importants de Paris, face au Louvre (pouvoir royal) et à Notre Dame ou à la Sorbonne (pouvoir religieux). Les bouchers étaient en effet les marchands les plus riches et les plus puissants de Paris.

L'église attenante à la Grande Boucherie portait d'ailleurs l'empreinte de la puissante corporation : Saint-Jacques-de-la-Boucherie.

Aubry Haussecul, personnage fictif du roman, est un des bouchers qui y travaille, de père en fils depuis plusieurs générations. Son nom provient d'un mélange entre deux personnages historiques : un boucher du XIIIème qui a donné son nom à la rue Aubry-le-Boucher, dans le IVème arrondissement, et un certain Guillaume Haussecul, riche boucher du XVème siècle qui est mentionné dans plusieurs papiers pour avoir fait construire une chapelle attenante à sa boucherie.

Pour aller plus loin, on consultera le très complet site de sur l'histoire de la Grande Boucherie du Châtelet : grande-boucherie.chez-alice.fr

26 juin 2008

Christine de Pisan

Christine de PisanChristine de Pisan est une écrivaine et poétesse née en 1364 à Venise.
En 1368, elle suit son père Thomas de Pisan, astrologue réputé, appelé à la cour du roi Charles V.

Après le décès de son père, puis de son mari, Christine se retrouve sans appui ni famille à la cour. Réduite à la pauvreté et devant essuyer plusieurs procès pour dettes, elle se résout à travailler pour nourrir ses enfants et choisit le métier d’homme de lettres (elle dira elle même que "de femelle devins masle").
Christine se réfugie alors dans l’étude et compose une série de pièces lyriques compilées dans Le Livre des cent ballades qui obtiennent un franc succès. Ces pièces pleurent son défunt mari :

''Seulette suis et seulette veux être,
Seulette m’a mon doux ami laissée,
Seulette suis, sans compagnon ni maître,
Seulette suis, dolente et courroucée...''

Christine de Pisan obtient alors des commandes et la protection de puissants comme Jean de Berry et le duc Louis Ier d’Orléans. Elle prend alors de l’assurance et s’attelle à la rédaction d’écrits érudits philosophiques, politiques, moraux et même militaires. Elle s’engage alors parallèlement dans un combat en faveur des femmes et notamment de leur représentation dans la littérature. Elle s’oppose en particulier à Jean de Meung et à son Roman de la Rose, alors l’œuvre littéraire la plus connue, copiée, lue et commentée en Europe occidentale.

Dénonçant l'abaissement et le délitement du royaume durant la guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons, elle rédigea une œuvre magistrale et précieuse pour les historiens actuels, Faits et actes du sage Roy Charles Quint, biographie riche en détails sur le règne de son mentor, Charles V de France.

La plupart de ses œuvres sont conservées dans des manuscrits autographes, ce qui est très rare pour cette époque.

Féministe avant la lettre, Christine de Pisan en effet attribue l'inégalité intellectuelle entre hommes et femmes non à la nature, mais à l'éducation et aux représentations d'elles-mêmes fournies aux femmes par le discours misogyne dominant.

24 juin 2008

Paris, quatorzième siècle

Plan de Paris - 1383 Au quatorzième siècle, la ville de Paris est la plus peuplée d'Europe. Avec ses 200.000 habitants, elle surpasse largement Londres (50.000), Moscou ou Rome.

La ville est fortifiée à cause des menaces pressantes des Anglais. Le roi Charles V fait construire une enceinte plus large que celle de Philippe Auguste, et qui englobe alors l'ensemble des actuels 3e et 4e arrondissements, sur la rive droite. La rive gauche restant confinée dans la muraille de Philippe Auguste.

On distingue sur la carte ci-contre (datant de 1383) les enceintes successives (en pointillés), ainsi que les grands axes de communication nord-sud et les ponts sur la Seine. On remarquera également que seule l'île de la Cité est construite. L'actuelle île Saint-Louis étant même coupée en deux îles, qui ne seront réunies qu'une centaine d'années plus tard.

La ville est organisée en trois grandes parties, séparées physiquement par la Seine :

  • rive droite, se trouvent les artisans, les commerçants et les riches bourgeois, organisés en corporations.
  • rive gauche, se trouve le pouvoir religieux, avec de grandes abbayes comme Saint-Germain des Prés (encore hors les murs de Paris au XIV ème), ou les facultés d'art et de science, comme la Sorbonne.
  • au centre et le long de la Seine se dresse le pouvoir royal, avec, d'aval en amont, le palais royal du Louvre, le palais de Justice sur l'île de la Cité, le Grand Châtelet, la cathédrale Notre Dame, l'hôtel Saint-Paul où loge le roi et la reine, et enfin la Bastille dont la construction démarre à la fin du XIVème.

Au quatorzième siècle, en France, les temps sont troubles, surtout depuis l'accession controversée au trône de Philippe VI en 1328, en vertu d'une loi salique bien opportune. De plus, en ville comme dans les campagnes, on se remet à peine de la peste noire de 1348 qui a décimé près d'un quart de la population. Des émeutes éclatent à Paris (la Jacquerie, en 1358, voit l'avènement d'Etienne Marcel), et le roi Jean II est fait prisonnier par les Anglais à la bataille de Poitiers en 1356. La France est désorientée, appauvrie, affaiblie et malade.

Période décriée de l'histoire de France, elle brille néanmoins par quelques uns de ses artistes ou de ses intellectuels(Nicole Oresme, Christine de Pisan, etc.). Des chefs d'oeuvres sont créés, sur le plan architectural, mais aussi en sculpture, peinture, et littérature...